La hausse la plus importante du salaire minimum de toute son histoire

Favoriser l’équité en milieu de travail et de meilleurs emplois partout en Ontario

le 21 juin 2017
Svvnrqhucnsqrken1498493670

L'Ontario adopte des mesures historiques afin de créer plus de possibilités et de sécurité pour les travailleuses et travailleurs grâce à un plan pour l'équité en milieu de travail et de meilleurs emplois.

L'Ontario tient à procéder de manière équilibrée et travaillera de près avec les entreprises de toutes tailles afin de les soutenir lorsque ces modifications entreront en vigueur, de sorte qu'elles pourront continuer à réussir et à dynamiser l'économie. La hausse du salaire minimum aidera les entreprises grâce à une amélioration de leur productivité, à une réduction du roulement de leur personnel et à l'augmentation du pouvoir d'achat de la main-d'oeuvre.

Pour contribuer à protéger les employés et créer des milieux de travail plus équitables et plus conviviaux, la première ministre Kathleen Wynne a annoncé que le gouvernement va de l'avant avec un train de mesures inédites, dont les suivantes :

  • hausser le salaire minimum général en Ontario à 14 $ l'heure le 1er janvier 2018, puis à 15 $ le 1er janvier 2019, ce qui sera suivi par des hausses annuelles correspondant au taux d'inflation;
  • rendre obligatoire la parité salariale des employés à temps partiel, temporaires, occasionnels et saisonniers qui font le même travail que les employés à temps plein, et une paie égale pour les employés des agences de placement temporaire qui font le même travail que le personnel permanent de leurs entreprises clientes;
  • élargir le droit à des congés d'urgence personnelle pour inclure un minimum général d'au moins deux jours rémunérés par an pour tous les travailleurs;
  • faire correspondre la durée des vacances annuelles en Ontario à la durée moyenne nationale en accordant au moins trois semaines de vacances après 5 ans d'emploi avec le même employeur;
  • rendre plus équitable la planification des horaires de travail, ce qui comprend exiger que les employés soient payés pendant trois heures si leur quart de travail est annulé dans les 48 heures précédant l'heure de début planifiée.